Vous êtes ici : Conseils sur les voitures et l'assurance > Le guide de l'Assurance Auto > Assurer sa voiture quand on a un malus : explications

Assurer sa voiture quand on a un malus : explications

Assurer sa voiture quand on a un malus : explications

Accident responsable, ivresse au volant, non-respect des règles de la circulation, ce sont autant de facteurs qui peuvent vous faire écoper d’un malus. Avec un taux important de malus sur votre relevé d’informations, votre prime d’assurance sera forcément revue à la hausse. Et comme l’assurance auto est obligatoire pour tout automobiliste, vous devez en souscrire une, peu importe son prix. Voici comment assurer sa voiture lorsqu’on est un conducteur malussé.

L’incidence d’un malus sur l’assurance auto

Une assurance auto est normalement renouvelée au bout d’un an. À chaque échéance, le prix de la prime d’assurance est réévalué en tenant compte des évènements qui se sont déroulés au cours de l’année. Les bons conducteurs qui n’ont pas subi de sinistres se verront récompenser d’un bonus. Ceux qui ont signalé un ou plusieurs incidents par contre écoperont d’un malus. Le coefficient bonus-malus, également connu sous le nom de coefficient réduction-majoration permet aux assureurs de déterminer si votre cotisation doit être majorée ou réduite. En cas de malus, votre cotisation augmentera d’au moins 25%. À noter que lorsque votre taux de malus devient trop conséquent, vous risquez la résiliation de votre contrat. Vos antécédents sont inscrits dans votre relevé d’informations. Si vous avez accumulé trop de malus et que cela entraine la résiliation de votre contrat, vous pourrez difficilement retrouver une assurance auto à l’avenir.

Les sinistres qui ont une influence sur le bonus-malus

Ce ne sont pas tous les sinistres mettant en cause la voiture qui sont pris en compte lors du calcul du coefficient bonus-malus. Généralement, seuls les sinistres provoqués par l’assuré sont pris en compte. Aucun malus ne sera donc noté en cas de bris de glace, d’incendie ou d’accident de stationnement. Les incidents les plus courants et qui ont une influence sur le bonus-malus sont, l’accident responsable avec état d’imprégnation d’alcool, l’accident responsable avec délit de fuite, et l’accident responsable dû à une infraction aux règles de circulation. Le malus entraine irrémédiablement l’augmentation de votre prime d’assurance. La majoration va de 25 à 150% en fonction de la gravité des infractions commises.

Assurer sa voiture lorsqu’on est malussé

Un malus sur le relevé d’informations rend difficile la recherche d’une nouvelle assurance auto pas chère. Parfois, la meilleure façon de bénéficier d’un contrat à bon prix c’est de changer d’assurance auto. Si vous avez un malus, il est recommandé de vous tourner vers des compagnies d’assurance spécialisées. De nos jours, il existe des dizaines de compagnies qui se consacrent exclusivement aux profils des conducteurs malussé ou résiliés et qui leur promettent des contrats plus avantageux. Les offres varient d’un assureur à un autre, c’est pourquoi il faut les comparer. Il est même conseillé de demander des devis personnalisés pour savoir quel contrat est le mieux adapté à votre profil. En effet, tous les conducteurs malussés ne présentent pas le même niveau de risques. Un conducteur malussé peut avoir un coefficient malus de 1,25 à 3,50. Le comparateur d’assurances en ligne peut vous aider à trouver l’offre la plus intéressante.

Que faire en cas de difficulté à souscrire une assurance auto ?

Il arrive que vous soyez dans l’impossibilité de vous faire assurer lorsque votre coefficient malus est trop élevé. Vous vous retrouvez donc sans assurance auto. Comme la loi oblige tout automobiliste qu’il soit malussé ou résilié, à souscrire une assurance, l’état français a instauré le Bureau Central de Tarification. Il a pour rôle d’intervenir à votre nom auprès des compagnies d’assurance en cas de réticence de leur part. Vous ne pouvez cependant pas saisir le bureau central de tarification qu’après 2 refus de la part de différents assureurs. Le délai de recours est de 15 jours après réception du dernier refus. Le BCT va ensuite plaider votre cause auprès d’une compagnie d’assurance et fixera la prime qui vous sera appliquée. Généralement, celle-ci sera plus élevée que le tarif moyen.

Le statut de conducteur malussé entraine l’augmentation de la prime d’assurance auto de 25 à 150%. Pour bénéficier du prix le moins cher, vous allez devoir comparer les offres correspondant à votre profil. En cas de refus des assureurs de vous accorder un contrat, il est possible de saisir le BCT pour qu’il intervienne en votre nom.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Comparateur Assurance Auto
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers